Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 15:02
(1/3) Deutsche Bank admet avoir manipuler les cours de l'or et de l'argent

En juillet 2014, dans une tentative d’obtenir une indemnisation financière, ou au moins une confirmation de la manipulation par les banques du marché des métaux précieux, des particuliers avaient accusé les banques Deutsche Bank, HSBC, Bank of Nova Scotia, Barclays et Société Générale d'avoir manipulé les prix sur ce marché de plusieurs milliards de dollars.

 

La poursuite, originellement déposée dans une cour du district de New York par le plaideur J. Scott Nicholson, un résident de Washington, D.C., accusait les banques, en charge du « fix », vieux de cent ans, d'avoir manipulé les marchés physiques et des contrats à terme du COMEX depuis janvier 2007. La poursuite a ensuite obtenu le statut de recours collectif. Ce fut le premier cas à cibler le « fix » de l’argent.

 

Plusieurs personnes s’attendaient à ce que la poursuite n’aille nulle part et que les banques défenderesses fassent traîner les choses indéfinimment; après tout, leurs budgets étaient beaucoup plus grands que celui des plaignants.

 

C’est pourquoi nous avons été surpris d’apprendre, hier soir, que non seulement cette poursuite pour manipulation des métaux précieux n’a pas été balayée, mais que la défenderesse principale, la banque en difficulté Deutsche Bank, a accepté de régler le litige sur les accusations selon lesquelles elle aurait conspiré avec Bank of Nova Scotia et HSBC Holdings Plc pour fixer les prix de l’argent au détriment des investisseurs, selon ce qu’a rapporté Reuters, qui cite un dépôt au tribunal par le cabinet d’avocats Lowey.

 

Les termes n’ont pas été rendus publics, mais l’accord inclura un versement d'argent de la banque allemande.

 

Il va sans dire qu’il n’y aurait eu ni règlement ni paiement si les banques n’avaient rien fait de mal.

 

Selon Reuters, Deutsche Bank a signé une lettre d'intention juridiquement contraignante et négocie un compromis. La juge new-yorkaise Valerie Caproni, qui surpervise le litige, doit toutefois encore approuver ces accords qui seront finalisés dans les prochains jours. Une porte-parole de Deutsche Bank a refusé de s'exprimer sur le sujet. Les avocats des investisseurs n'ont pas répondu dans l'immédiat aux demandes de commentaires.

 

Comme mentionné plus haut, les investisseurs avaient accusé Deutsche Bank, HSBC et Scotia Bank d’avoir abusé de leur pouvoir, en tant que plus grandes banques de négoce d’argent au monde, afin de dicter le prix de l’argent en se réunissant en secret une fois par jour pour établir ce que l’on connaît sous le nom de « silver fix » (détermination du prix de l’argent).

 

Cela n’a rien de surprenant pour nos lecteurs, dont la plupart sont au courant depuis des années que cela se passe ainsi.

 

Mais attendez : ce n’est pas tout.

Dans un curieux rebondissement, la lettre de règlement révèle un étonnant développement, à savoir que les anciens membres du cartel de manipulation se tournent maintenant les uns contre les autres :

“En plus de considérations financières importantes, Deutsche Bank a aussi accepté de coopérer avec les plaignants, en leur fournissant des messages instantanés et autres communications électroniques, dans le cadre du règlement. Cette coopération de la Deutsche Bank aidera substantiellement les plaignants à tenter de faire valoir leurs réclamations contre les défendeurs non réglés.

 

On peut lire cette lettre étonnante ici :

 

letter deutshe bank

Vu qu’il ne s’agit que d’une des nombreuses poursuites déposées ces deux dernières années à la Cour fédérale de Manhattan dans lesquelles les investisseurs ont accusé les banques de conspirer pour "truquer" les taux ou les prix sur les marchés financiers et des matières premières, nous nous attendons, maintenant que Deutsche Bank donne beaucoup plus d’informations au sujet de la manipulation des métaux précieux, ce qui confirmera ce que les "bugs" disent depuis toujours : le marché des métaux précieux est manipulé depuis longtemps.

 

Finalement, rappelons à nos lecteurs que le « régulateur » des matières premières aux États-Unis, la CFTC, a mis fin à son enquête de cinq ans sur les allégations de manipulation des prix et des marchés de l’argent par les plus grandes banques de négoce d’argent. Elle annonça fièrement, en septembre 2013, qu’elle n’avait trouvé aucune preuve d’actes répréhensibles et qu’elle laissait tomber son investigation. Voici cette annonce :

La Direction d’application de la loi de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) a mis fin à une enquête, ouverte en septembre 2008, au sujet des marchés de l’argent. La Direction de l’application de la loi ne recommande pas à la CFTC de porter des accusations à la suite de cette enquête. Néanmoins, étant donné que cette enquête particulière a été confirmée en septembre 2008, la CFTC a jugé approprié d’informer le public que cette enquête est terminée. En se basant sur les lois et les preuves, telles qu’elles existent à ce moment, il n’y a pas de base solide pour intenter des poursuites à l’égard de toute société ou leurs employés en relation avec notre enquête sur les marchés de l’argent.

 

À la lumière de cette confirmation que la CFTC « manquait de preuves », il serait peut-être temps pour ces soi-disant « régulateurs » qui, à l’époque, étaient sous la gouverne de Gary Gensler, un ancien de Goldman Sachs (avec l’aide de Bart Chilton, un expert des « portes tournantes » et accommodant pour le lobby des HFT), de rouvrir cette enquête ?

 

 

source : Goldbroker.fr

 

__________________

 

Deutsche Bank a accepté de payer une amende pour mettre un terme à une attaque en justice venant d'un groupe d'investisseurs l'accusant, ainsi que d'autres banques, de manipuler le cours des métaux précieux (or et argent)

 

Deutsche Bank a également accepté de donner des informations sur les autres banques ayant participé à ces manipulations, donc d'autres révélations suivront.

 

Cette information est une reconnaissance de fait de manipulation directe du cours de l'or et de l'argent et de la participation de plusieurs grandes banques.

 

Nous avons maintenant peut être une idée de l'objet de la réunion d'urgence exceptionnelle de la FED en début de semaine. 

 

Deutsche Bank est  au centre de toutes les inquiétudes depuis quelques temps, premièrement de part la taille inquiétante de son portefeuille de produit dérivés et deuxièmement en raison de l'effondrement de son cours de bourse qui reflète presque parfaitement celui de Lehman Brothers avant sa faillite.

 

Tout comme le scandale de la manipulation du Libor, la participation de plusieurs banques dans la manipulation du cours des métaux précieux se confirme. Manipuler le cours du Libor (donc des taux d'intérêt) ne fait d'ailleurs aucun sens sans intervention sur le cours de l'or car, en théorie dans un marché libre, des taux bas indiquent des risques inflationniste et donc un cours de l'or élevé. 

 

Cette révélation est d'autant plus étonnante que le régulateur Américain, la CFTC avait conclut une enquête en affirmant qu'il n'y avait pas de manipulation des cours en 2013. Un rebondissement donc qui devrait potentiellement conduire à la ré ouverture de cette enquête.

 

Le cours des métaux précieux n'a pas réagi à cette annonce aujourd'hui mais on peut se demander si un début de panique d'achat d'or et d'argent physique ne va commencer à se matérialiser en raison de la prise de conscience des investisseurs suite à cette confirmation de la manipulation des cours, mais également en raison de l'ouverture du Shanghai Gold Exchange le 19 Avril, soit Mardi prochain. 

 

Le Shanghai Gold Exchange, contrairement au COMEX et LBMA impose aux participants de livrer au préalable dans l'enceinte du marché, les quantifiés d'or physique qui vont être négociées. Rien à voir donc avec un marché ou des certificats or "papiers" peuvent être échangés.

 

Le Shanghai Gold Exchange est donc un marché purement physique dont l'ouverture devrait avoir pour conséquence l'apparition de deux cours de l'or : le cours spot Occidental et le cours spot "Chinois" plus élevé car réellement basé sur de l'or physique (donc avec des coûts et primes plus importantes que pour de simples contrat papiers). Toute divergence de long terme est impossible car des techniques d'arbitrage viendront "combler" l'écart de cours (sous réserve que le LBMA puisse effectivement convertir les contrats en or physique).

 

La plupart des banques Occidentales avaient refusé d'y participer mais la Chine a menacé de supprimer leurs licences bancaire en Chine.

 

L'apparition de deux cours va, à priori, rendre obsolète le cours "Occidental" et probablement mettre un terme aux marchés papiers du COMEX mais également du LBMA où la majorité des participants ne fournissent pas l'or physique représentant les volumes de contrats qu'ils échangent. Un défaut de convertibilité des contrats en or physique sonnera la fin de ces marchés "papiers". C'est l'évènement que la communauté de l'or physique attend suite au lancement du Shangai Gold Exchange.

 

Il semblerait d'ailleurs que le CME, qui contrôle et organise le marché du COMEX aux États-Unis, se prépare à un problème majeure puisqu'un compte a été ouvert directement auprès de la FED en son nom afin de pouvoir mieux contrôler les fonds apportés par les membres de la chambre de compensation (les grosses banques) pouvoir prendre des positions spéculatives. Le CME semble se préparer à un défaut majeur de l'une des grandes banques participantes, parions a tout hasard sur un défaut de Deutsche Bank suite à sa faillite puisqu'elle possède la plus importante position sur les dérivés. (Des positions vendeuses sur le cours de l'argent sont considérées comme des dérivés).

 

 

source : Goldbroker.fr

 

Lire aussi : Ce que cache la manipulation des cours de l’or

Lire aussi : Bill Murphy (Gold Anti-Trust Action Committee) à propos de la manipulation du cour de l'or

Lire aussi : la banque Goldman Sachs lance une attaque massive contre le cour de l'or

Lire aussi : Encore une affaire de manipulation du cours des metaux précieux (or, argent, platine, palladium)

Lire aussi : les autorités suisses ouvrent une enquête contre des banques suspectées d’avoir manipulé les prix des métaux précieux (or, argent, platine)

Voir aussi : Philippe Ploncard d'Assac à propos du cour de l'or

 

 

Repost 0
Published by valentin.beziau-ump77.over-blog.com - dans Économie
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 17:13
Véronique Besse, députée-maire MPF - Mouvement Pour la France

Véronique Besse, députée-maire MPF - Mouvement Pour la France

Mme Véronique Besse (députée MPF - Mouvement Pour la France) attire l'attention de Mme la ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat sur l'application de la nouvelle réglementation sur les enseignes. La loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement et son décret d'application du 31 janvier 2012, ont été complétés par une notice technique du 25 mars 2014 de 52 pages, puis par un guide pratique sur la réglementation de la publicité extérieure de 250 pages. Or ces 320 pages de réglementation, en plus d'être une source de grande complexité administrative, comportent des erreurs techniques et rédactionnelles qui rendent très difficiles l'application de certains points et sont sources de contentieux. C'est le cas en particulier de la luminance des enseignes et de la surface des enseignes sur une façade commerciale. D'une part, selon la nouvelle réglementation, la luminance maximale de jour et de nuit pour les enseignes doit être indiquée aux services des mairies qui instruisent les dossiers, alors que la luminance d'un dispositif lumineux ne se calcule pas, mais se mesure une fois l'autorisation d'installation reçue. D'autre part, suivant l'article R. 581-63 du code de l'environnement, la surface cumulée des enseignes sur une façade commerciale de 49 mètres carrés peut aller jusqu'à 12,25 mètres carrés, alors que la surface cumulée des enseignes sur une façade commerciale de 50 mètres carrés est réduite à 7,50 mètres carrés. Il serait préférable que le second alinéa de l'article porte la surface à 25 % « lorsque la façade commerciale de l'établissement est inférieure à 82 mètres carrés, dans la limite de 12,25 mètres carrés ». Ces deux erreurs devaient être corrigées par le décret relatif à la publicité extérieure, aux enseignes et aux préenseignes, dans le cadre de l'application de la loi du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances. Par conséquent, elle lui demande si elle compte faire appliquer ces rectificatifs d'erreurs, en vue de la simplification de la réglementation des enseignes.

 

 

source : Assemblée Nationale

Repost 0
Published by valentin.beziau-ump77.over-blog.com - dans Économie
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 17:03
Véronique Besse, députée-maire MPF - Mouvement Pour la France

Véronique Besse, députée-maire MPF - Mouvement Pour la France

Mme Véronique Besse (députée MPF - Mouvement Pour la France) attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur la retraite de nombreux anciens vétérinaires collaborateurs occasionnels du service public. Ces vétérinaires ont participé de 1955 à 1990 à l'éradication des grandes épizooties qui dévastaient le cheptel national, en tant que salariés temporaires de l'État, via les directions départementales des services vétérinaires, sous l'égide du ministère de l'agriculture. À ce titre, ils devaient être affiliés aux organismes sociaux (Sécurité sociale et Ircantec), ce qui n'a pas été fait : ils ont donc été privés de leur droit à cette retraite. À l'issue de plusieurs années de procédure, le Conseil d'État a cependant reconnu par deux arrêts rendus le 14 novembre 2011, la responsabilité pleine et entière de l'État. Or l'administration refuse toujours de mettre en œuvre cette décision. Elle a indiqué dans deux courriers électroniques du 21 juillet 2015 et du 14 octobre 2015, aux représentants de ces vétérinaires, qu'elle s'abstenait de leur verser les fonds dus pour de simples raisons budgétaires. Par conséquent, elle lui demande quelles mesures il entend prendre pour rétablir les droits de ces vétérinaires lésés et leur accorder l'indemnisation à laquelle ils peuvent prétendre, dans des conditions et délais raisonnables.

 

source : Assemblée Nationale

Repost 0
Published by valentin.beziau-ump77.over-blog.com - dans Économie Agriculture - Viticulture
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 16:56
Véronique Besse, députée-maire MPF - Mouvement Pour la France

Véronique Besse, députée-maire MPF - Mouvement Pour la France

Mme Véronique Besse (députée MPF - Mouvement Pour la France) attire l'attention de Mme la ministre de l'environnement, de l'énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat sur les nouvelles mesures d'Électricité réseau distribution de France (ERDF) concernant les conventions d'autoconsommation. Alors que l'opportunité de produire de l'énergie propre localement est devenue un pilier de la transition énergétique et que la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte encourage les initiatives citoyennes, ERDF a décidé d'imposer aux installations en autoconsommation raccordées au réseau électrique de n'avoir aucune injection sur ce réseau, soit d'avoir un taux d'autoconsommation de 100 %. Or cette contrainte inquiète les particuliers concernés car elle implique de lourds investissements. De plus, la production en autoconsommation en surplus ne présente pourtant aucun risque de surcharge pour le réseau et est un moyen de compenser les pertes du réseau. Par une telle mesure, ERDF se positionne ainsi contre des économies possibles pour les finances publiques et pour le risque d'installations illégales, en raison des contraintes techniques et financières que cela entraînera pour les particuliers afin d'éviter tout surplus. Par conséquent, elle lui demande quelles mesures elle entend prendre pour contrer ces mesures d'ERDF et encourager les installations en autoconsommation.

 

 

source : Assemblée Nationale

Repost 0
Published by valentin.beziau-ump77.over-blog.com - dans Économie
commenter cet article
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 19:04
 Véronique Besse, députée-maire MPF - Mouvement Pour la France

Véronique Besse, députée-maire MPF - Mouvement Pour la France

Ma réaction face au phénomène Nuit Debout

 

Alors que l’état d’urgence est toujours d’actualité, le Gouvernement permet aux manifestants de gauche de battre le pavé ! Encore plus surréaliste, ce même Gouvernement laisse les « casseurs » opérer à leur guise en plein cœur de Paris, selon les mêmes méthodes employées à Notre Dame des Landes ou Sivens.
La place de la République est devenue une véritable ZAD (une Zone À Défendre) comme en de nombreux endroits en France. Mais attention : c’est une ZAD propre, où la mairie de Paris vient nettoyer au petit matin les déchets laissés par les pseudos « révolutionnaires » !
Cette ZAD est officiellement occupée par « Nuit debout », un mouvement « spontané et démocratique », selon la présentation officielle des organisateurs. Des organisateurs qui sont d’ailleurs des professionnels de l’agit-prop : Leïla Chaibi, proche de Jean-Luc Mélenchon, Jean-Baptiste Eyraud, de Droit au logement, ou encore la féministe médiatique Caroline De Haas.
Avec le regard bienveillant et complice des médias, ce mouvement tente de se développer. Pourtant, il ne s’agit de rien d’autre que d’une bande de jeunes bobos qui se délecte de quelques pamphlets marxistes. Et d’ailleurs, loin d’appliquer leurs grands principes, ces « démocrates » n’ont pas hésité à chasser Alain Finkielkraut sous les huées et les crachats… Visiblement, la liberté de parole, ce n’est pas pour tout le monde…
La liberté d’ailleurs, ce n’est plus du tout pour les riverains et commerçants du quartier qui n’en peuvent plus de supporter, toutes les nuits, les dégradations et autres saccages commis par les manifestants : vitrines brisées, agences bancaires détruites, abris bus renversés, etc.
Oui, vraiment, il est temps que le Gouvernement mette fin à ces agissements au plus vite.

 

 

source : VéroniqueBesse.fr

Repost 0
Published by valentin.beziau-ump77.over-blog.com - dans Sécurité
commenter cet article
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 15:53
conférence de l'abbé Belmont : "L'enseignement de l'Église catholique sur l'école"

Le mercredi 20 avril à 20 h 30, le cours de doctrine du troisième mercredi du mois n’aura pas comme objet la série des docteurs de l’Église. Je le consacrerai à une question de la plus haute importance tant doctrinale que pratique :

-

l’enseignement de l’Église catholique sur l’école.

-

Cette conférence exposera la nature et la nécessité de l’école catholique, telles que l’enseigne le Magistère catholique, et la sollicitude de l’Église à cet égard. L’évocation de la triple phobie qui habite la sainte Église de Jésus-Christ à l’encontre de…

– l’école laïque ;

– l’école mixte ;

– l’école promouvant la [prétendue] liberté religieuse et une désastreuse promiscuité en raison d’un contrat passé avec l’État (loi Debré) ;

… montrera la gravité de ce qui est en jeu : l’intelligence chrétienne et le salut éternel des âmes.

-

Abbé Hervé Belmont

Maison Saint-Jean-Baptiste

3, allée de la Sérénité

33490 Saint-Maixant

05-56-76-26-23

 

 

source : Quicumpe - abbé Hervé Belmont

Repost 0
Published by valentin.beziau-ump77.over-blog.com - dans École
commenter cet article
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 15:04
[Dominicains d'Avrillé] la complicité de la laïcité avec l'Islam

cliquez sur l'image ci-dessous pour agrandir

[Dominicains d'Avrillé] la complicité de la laïcité avec l'Islam

 

cliquez sur l'image ci-dessous pour agrandir

[Dominicains d'Avrillé] la complicité de la laïcité avec l'Islam
Repost 0
Published by valentin.beziau-ump77.over-blog.com - dans Cathophobie Islamisation
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 19:22
Jésus fait prisonnier par le Peuple Déicide (juif)

Jésus fait prisonnier par le Peuple Déicide (juif)

D'après un sondage Odoxa / Le Parisien du19 Mars 2016 : 56% des Français ont "une mauvaises images de l'Eglise catholique". Mais le gouvernement toujours prompt a défendre les juifs, les franc-maçons, les homosexuels, les musulmans et les Roms... ne semble pas se préoccuper de cette christianophobie; aux contraire il l'attise.

sondage Odoxa / Le Parisien : 56% des Français sont christianophobes
Repost 0
Published by valentin.beziau-ump77.over-blog.com - dans Cathophobie
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 19:03
 Véronique Besse, députée-maire MPF - Mouvement Pour la France

Véronique Besse, députée-maire MPF - Mouvement Pour la France

Ma réaction suite à l’émission sur France 2 de François Hollande

 

Insipide, déni de réalité, coup de com’ … Voici en quelques mots le résumé de la prestation de François Hollande, hier soir à la télévision.
Insipide et égal à lui-même, le Président s’est prononcé devant quatre Français et deux journalistes sur un ton monotone et surfait. L’illusion n’a duré que quelques secondes. Il a été à la fois trop technique et trop vague, répétant en boucle des réponses toutes faites.
Déni de réalité lorsqu’il dit « La France va mieux ». Mais, dans quel monde vit-il ? La France compte 6 millions de chômeurs, elle est endettée à plus de 97% de son PIB, elle a connu deux attentats terroristes de grande ampleur, elle connaît plus de 100 Molenbeeck, …
Coup de com’ raté, enfin. Les ficelles étaient un peu grosses. La mise en scène n’était pas été crédible. Des questions trop anticipées, des réponses aseptisées, des clameurs organisées, … Bref, hier soir, on était à la Comédie française et l’acteur a fait un flop…

 

 

source : VéroniqueBesse.fr

Repost 0
Published by valentin.beziau-ump77.over-blog.com
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 14:35
Jésus fait prisonnier par le Peuple Déicide (juif)

Jésus fait prisonnier par le Peuple Déicide (juif)

Persécution des Apôtres par le Sanhédrin

Malgré les défenses réitérées du Sanhédrin, les apôtres continuèrent à prêcher Jésus ressuscité, ce qui amena une guerre sans merci contre les douze Galiléens. La nation juive ne souffrirait pas qu’on propageât dans la Palestine et à travers le monde le règne d’un faux Messie, condamné au supplice de la croix. Dix millions de Juifs, de la Palestine ou de la Dispersion, tous solidaires de la mort de Jésus, – car tous, prêtres et rabbins, scribes et anciens du peuple, sadducéens et pharisiens, réunis à la fête de Pâque, avaient exigé le crucifiement du Sauveur, – se devaient à eux-mêmes de barrer le chemin aux apôtres, et de crucifier au besoin les disciples de Jésus à côté de leur Maître.


De là une persécution sanglante, qui dura trois années. Le diacre Étienne, puissant en œuvres et en paroles, ayant confondu tous leurs docteurs, fut accusé de blasphème et lapidé par le peuple.

 

Diffusion de l’Église après le martyre d’Étienne (automne 36 – été 42)

Mais, au lieu d’arrêter les progrès de l’Église, le sang de ce premier martyr fut une semence féconde de chrétiens. Pendant que les apôtres défendaient à Jérusalem le troupeau du Christ, un grand nombre de disciples se répandirent dans les provinces, et formèrent de nouvelles communautés en Judée, en Samarie, en Galilée, jusqu’à Césarée et jusqu’à Damas.


A la vue de ce résultat, la colère des persécuteurs ne connut plus de bornes. Un pharisien, nommé Saul, homme de grande intelligence et d’indomptable énergie, entreprit de dévaster l’Église de Dieu. Ne respirant que menaces et meurtres, il allait un jour à Damas pour enchaîner et transporter à Jérusalem les disciples du Crucifié. Mais voilà qu’aux abords de la ville il se voit tout à coup enveloppé d’une lumière céleste, et tombe comme foudroyé sur le chemin. Puis il entend une voix qui lui dit : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? – Qui êtes-vous, Seigneur ? demande-t-il. – Je suis Jésus, que tu persécutes, reprend la voix. – Seigneur, que voulez-vous que je fasse ? » Et Saul devient l’apôtre Paul, le convertisseur des nations. Jésus se moquait des Juifs : il prenait leurs meilleures recrues pour en faire ses plus braves soldats.


Après trois ans de persécution, l’Église respira un instant, grâce à la disparition des déicides les plus renommés. Le grand prêtre Caïphe, dépossédé du souverain pontificat, se tua de désespoir. Anne, son beau-père, se débarrassa également de ses remords et de son déshonneur par un lâche suicide. Pilate, destitué par l’empereur et exilé à Vienne, dans les Gaules, se donna aussi la mort. Ces trois principaux acteurs dans le drame du Calvaire périrent comme le traître dont le Seigneur a dit : « Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne fût pas né. »


Pierre profita des jours de paix pour faire la visite de son troupeau. Au livre des Actes, on le voit prêchant et opérant des prodiges à Lydda, à Saron, à Joppé, à Césarée, où il baptise le centurion Cornélius et toute sa famille. Puis, résolu à porter l’Évangile aux nations, il laisse Jérusalem et se dirige vers Antioche, la métropole de l’Orient, où il fixe son siège pendant sept années. Cette ville de cinq cent mille âmes devint le centre d’une Église florissante, et ce fut à Antioche que les disciples du Christ prirent le nom de Chrétiens, pour se distinguer des Juifs et des sectaires hérétiques.

 

Persécution d’Hérode Agrippa (été 42 – printemps 44)

Le royaume de Jésus avait fait, en deux ans, d’immenses progrès. De la Palestine il avait gagné la Syrie, et de la Syrie, grâce aux prédications de Pierre, le Pont, la Bithynie, la Cappadoce, la Galatie, et autres provinces de l’Asie Mineure. Les Juifs voulurent à toute force arrêter le Christ et mettre un terme à ses envahissements. L’an 42, éclata une nouvelle persécution. Le neveu d’Hérode, Agrippa, devenu roi de Judée, se fit le bourreau des chrétiens. Plusieurs furent emprisonnés ; Jacques le Majeur, frère de Jean, eut la tête tranchée ; Pierre, revenu d’Antioche pour tenir tête à l’orage, fut jeté dans un cachot. L’ayant fait arrêter, le premier jour des azymes, le roi fit annonçer que le prisonnier serait décapité devant tout le peuple aussitôt après la fête de Pâque. Mais un ange du ciel, envoyé par Jésus, réveilla Pierre dans sa prison, lui en ouvrit les portes, et le conduisit hors de Jérusalem. Le lendemain, Agrippa ne trouva que les chaînes de l’apôtre. Il s’enfuit à Césarée pour y cacher sa honte, mais Jésus l’y suivit. Frappé d’une maladie mortelle, le persécuteur expira quelques jours après, dévoré par les vers comme son aïeul.

 

Dispersion des apôtres

Cette seconde persécution eut pour effet d’étendre le royaume de Dieu dans le monde entier. En cette même année 42, l’Église étant solidement établie à Jérusalem et dans la Palestine, à Antioche et dans les contrées environnantes, les apôtres résolurent de se disperser et de porter l’Évangile aux différentes nations de la terre. Pierre envoya Mathias en Colchide, Jude en Mésopotamie, Simon en Lybie, Matthieu en Ethiopie, Barthélemy en Arménie, Thomas dans l’Inde, Philippe en Phrygie, Jean à Éphèse. Paul, l’apôtre des nations, devait évangéliser l’Asie Mineure, la Macédoine et la Grèce. Quant à Pierre, il prit le chemin de Rome, la ville des Césars, dont Jésus voulait faire la cité des pontifes. Jacques le Mineur, surnommé le Juste, à cause de sa grande sainteté, gouverna, en qualité d’évêque de Jérusalem, les chrétientés de la Palestine. En partant à la conquête du monde, les apôtres emportaient avec eux le Credo, symbole de leur foi, l’Évangile, résumé de leur Maître, et la croix, emblème de la rédemption. Cela suffisait pour enseigner : Jésus, qui les accompagnait, se chargeait de vaincre.


Sur toutes les routes ils rencontrèrent des milliers de Juifs, bien décidés à les exterminer ; mais néanmoins ils établirent partout, presque toujours au prix de leur sang, des chrétientés florissantes.

 

Pierre, Paul et Jacques traqués par les Juifs (42 – 67)

A Rome, Pierre se fixa dans le Transtévère, en plein quartier juif. II y fit de nombreux disciples, bien que ses compatriotes, dont le nombre s’élevait à trente mille, employassent tous les moyens pour soulever le peuple contre lui. Il fut même obligé, pour ne pas attirer l’attention des Romains, de s’installer de l’autre côté du Tibre, dans le palais du sénateur Pudens, l’un des premiers convertis. C’est là qu’assis sur son siège de chêne, devenu la chaire de Pierre, il parlait de Jésus à l’assemblée des chrétiens, qui grossissait de jour en jour. C’est de là qu’il envoya Marc, son fidèle disciple, fonder le patriarcat d’Alexandrie, et d’autres évêques évangéliser les Gaules.


Les Juifs s’acharnèrent plus violemment encore contre l’apôtre Paul. En Asie Mineure, en Macédoine, en Grèce, où il opéra pendant de longues années des miracles de conversion, il rencontra la meute furieuse. On le traqua de ville en ville, on le dénonça aux autorités, on le chassa des synagogues. Plusieurs fois il fut flagellé, lapidé, laissé pour mort sur place. Et quand, après avoir conquis tout un monde au divin Maître, il revint à Jérusalem, ses compatriotes, qui l’appelaient traître et transfuge, se saisirent de lui, le flagellèrent de nouveau, le souffletèrent en pleine séance du Sanhédrin, et l’auraient infailliblement tué, si Paul, en sa qualité de citoyen romain, n’en eût appelé à César. Conduit à Rome pour se justifier des crimes que les Juifs lui imputaient, il y retrouva l’apôtre Pierre, et tous deux continuèrent le cours de leurs conquêtes, en attendant le martyre.


A Jérusalem, les Juifs mirent le comble à leurs crimes en assassinant Jacques le Mineur, leur saint évêque. Irrité de voir les conversions se multiplier, le Sanhédrin le condamna à mort comme séducteur du peuple. Il fut lapidé par les scribes et les pharisiens dont il avait prédit la ruine prochaine. Et, de fait, les prophéties de Jésus contre la nation Juive allaient s’accomplir. Depuis trente années, les apôtres ne cessaient, d’appeler Israël à la pénitence. Partout ils s’adressaient aux Juifs avant d’évangéliser les Gentils. Paul désirait être anathème pour ses frères selon la chair, et ceux-ci, à part les exceptions, répondaient aux exhortations par des blasphèmes ou des violences.


« Ils ont tué Jésus et ses prophètes, s’écriait l’apôtre ; ils n’ont cessé de nous persécuter ; ils offensent Dieu et se constituent les ennemis de l’humanité ; ils nous empêchent de parler aux nations, de peur que les nations ne soient sauvées ; ils comblent la mesure de leurs péchés. La colère de Dieu contre eux arrive à son terme. »

 

 

Signes avant-coureurs de la vengeance divine

En effet, Jésus tenait le bras levé contre l’ingrate et cruelle Jérusalem. Les fidèles constataient, non sans effroi, l’apparition des signes qui, selon la prophétie du Sauveur, devaient précéder le grand cataclysme. « Avant tout, avait-il dit aux apôtres, sachez que les juifs vous persécuteront, vous flagelleront, vous mettront à mort. De faux prophètes et de faux messiestenteront de vous séduire » ; et les judaïsants, les magiciens, les Simon, les Ménandre, les Ebion, les Cérinthe, ne cessaient de prêcher leurs erreurs. « L’Evangile sera prêché à toute la terre ; »et, chose incroyable, Paul pouvait écrire aux habitants de Colosses : « L’Evangile a été prêché à toutes les créatures qui sont sous le ciel. » Enfin, des calamités effroyables, des pestes, des famines, des tremblements de terre, des guerres et des bruits de guerre devaient annoncer au monde la prochaine vengeance de Dieu contre le peuple déicide. Or, depuis plusieurs années, en Palestine, en Italie, en Orient, la famine et la peste décimaient les populations ; des tremblements de terre ébranlaient l’Asie, l’Achaïe, la Macédoine ;les premières éruptions du Vésuve détruisaient en partie Herculanum et Pompéi, et causaient une telle panique en Campanie que les habitants devenaient fous d’épouvante. Le monde romain entrait en convulsion par suite des guerres civiles, suscitées par les prétendants à l’Empire.


Du reste, Dieu lui-même prodiguait les avertissements à la cité déicide. En septembre 62, moins de trente ans après la scène du Calvaire, un étranger vint à Jérusalem pour la fête des Tabernacles. Arrivé dans le temple, il se mit à crier au milieu du peuple affolé : « Voix de l’Orient et de l’Occident, voix contre la ville et contre le temple, voix contre tout le peuple ! » Il s’appelait Jésus. Pendant de longues années, il parcourut les rues de la cité en criant : « Malheur à Jérusalem ! » On le battit de verges : il ne pleura ni ne gémit ; mais, après chaque coup de fouet, il répéta : « Malheur à Jérusalem ! » On le relâcha comme un fou inoffensif ; il continua de circuler autour des remparts, criant d’une voix plus forte que jamais : « Malheur à la ville, malheur au temple, malheur au peuple ! »


Peu après, selon que le rapportent également les historiens Josèphe et Tacite, une comète ayant la forme d’une épée, resta suspendue au-dessus de la ville pendant une année entière. On vit dans le ciel rouler des chariots de guerre, des armées s’entrechoquer, des lignes de circonvallation se dessiner autour d’une cité assiégée. Des prêtres, entrant dans le Temple pour y offrir le sacrifice, entendirent des voix nombreuses qui répétaient en s’éloignant : « Sortons d’ici, sortons d’ici ! »


Les Juifs, aveuglés, ne comprirent rien à ces signes célestes, et coururent au-devant de la catastrophe. En l’année 66, ils s’insurgèrent contre les Romains, battirent les cohortes campées à Jérusalem, et mirent le feu à la tour Antonia, qui servait de citadelle à la garnison. Enhardis par ce succès, les patriotes des provinces ne tardèrent pas à se soulever et à se déclarer libres. C’était attirer sur eux la foudre, et les chrétiens ne s’y trompèrent pas. En voyant la Judée aux prises avec l’Empire, des bandes fanatiques établies dans l’enceinte du temple, des orgies et des crimes souiller la cité de Dieu, ils se rappelèrent les avertissements du Maître : « Quand vous verrez l’abomination de la désolation dans le lieu saint, fuyez au plus vite. » Sans perdre de temps ils quittèrent ce pays maudit, Jérusalem et la Judée, s’enfuirent sur les montagnes au-delà du Jourdain, et trouvèrent un refuge dans la ville de Pella et les pays voisins. Ainsi Loth et sa famille s’enfuirent de Sodome, avant la pluie de feu qui allait l’incendier.
 

Vespasien devant Jérusalem (67 – 70) 

Il était temps, car au commencement de 67, Vespasien, suivi de ses légions vengeresses, s’empara des forteresses galiléennes, et passa les révoltés au fil de l’épée. En quelques mois, maître de tout le pays, il vint camper devant Jérusalem, où s’étaient concentrés les patriotes échappés des provinces, zélateurs, bandits, sicaires, décidés à verser leur dernière goutte de sang sur les parvis du temple. Grâce aux guerres civiles qui mirent en feu l’empire romain pendant deux années, Vespasien fut obligé de différer le siège de la ville ; mais, au lieu de profiter de ce délai, les bandits qui commandaient à l’intérieur se disputèrent à main armée le pouvoir suprême. Comme on pressait Vespasien de sortir de l’inaction : « Laisse-les, dit-il, se déchirer entre eux. Dieu est plus grand général que moi : il va nous les livrer sans combat. » En 70, Vespasien, proclamé empereur, se dirigea sur Rome, et laissa son fils Titus poursuivre les opérations contre Jérusalem.


Ces deux années de calme relatif avaient fait presque oublier le péril du dehors. A la Pâque, les pèlerins affluèrent dans la ville sainte, de sorte que douze cent mille Juifs s’y trouvaient renfermés, quand tout à coup Titus, pressé d’en finir, parut au sommet des Oliviers avec ses légions, ses machines de guerre, ses béliers, ses catapultes. Les assiégés se défendirent comme des lions, mais ne purent empêcher les Romains de pénétrer dans les enceintes de Bézétha et d’Acra, puis d’élever, en trois jours, un mur de circonvallation qui les enferma dans les quartiers élevés du temple et de Sion. La prédiction de Jésus se réalisait : « Viendront des jours où tes ennemis t’environneront de tranchées, t’enfermeront et te serreront de toutes parts. »

 

Famine et carnage (printemps – été 70)

Alors commença ce que Jésus appelait la « grande détresse du pays, la grande colère de Dieu contre le peuple ». Aux horreurs de la guerre vinrent s’ajouter les horreurs de la famine. Malgré les immenses approvisionnements de la cité, les vivres finirent par manquer. Une mesure de froment se vendait à des prix fabuleux. Insensibles à la misère du peuple, les chefs visitaient toutes les maisons pour s’emparer des vivres et les distribuer à leurs soldats. Aussi ne préparait-on plus de repas. Quand, à prix d’or, on s’était procuré quelques grains de blé, on les dévorait dans quelque coin retiré. On disputait aux pauvres quelques raisins que ceux-ci allaient chercher, la nuit, au péril de leur vie. Souvent, saisis par les Romains, ces pauvres affamés étaient crucifiés comme espions, de sorte que, tout autour du camp, s’élevait comme une forêt de croix, rappelant aux déicides la croix du Fils de Dieu. Des hommes, ou plutôt des spectres, s’arrachaient, comme des furieux, le moindre semblant de nourriture. Une femme, nommée Marie, réfugiée à Jérusalem avec son petit enfant, se vit enlever par les soldats son argent, ses bijoux, et jusqu’aux brins d’herbe ou de paille qu’elle ramassait pour tromper sa faim. Outrée de colère et folle de désespoir, elle égorgea son enfant, le fit rôtir, en mangea une partie, et cacha l’autre. Attirés par l’odeur de la chair brûlée, les bandits la menacèrent de mort si elle ne livrait pas les restes de son repas. « Les voilà, dit-elle, ce sont les restes de mon enfant. » Malgré leur faim et leur rage, ces monstres s’enfuirent épouvantés.


La mortalité fut effrayante pendant toute la durée du siège. L’historien Josèphe apprit d’un transfuge qu’on paya des deniers de la ville jusqu’à six cent mille funérailles. En deux mois et demi, par une seule porte, on emporta cent seize mille cadavres. A la fin, des hauteurs de Sion ou des portiques du temple, on jetait les cadavres sur les pentes de la vallée. En voyant ces montagnes de morts en putréfaction, Titusleva les mains au ciel, prenant Dieu à témoin qu’il n’était pas responsable de ces malheurs.

 

Destruction de la ville et du temple (août 70)

Cependant le sacrifice du matin et du soir cessa pour la première fois. On ne trouva plus un agneau pour l’immoler à Jéhovah. L’holocauste figuratif disparaissant, le temple n’avait plus de raison d’être. L’armée romaine réussit à pénétrer dans la vaste enceinte de l’édifice sacré, que les zélateurs, acculés de parvis en parvis, défendirent avec l’énergie du désespoir. Rendus furieux par une résistance qui leur coûtait des milliers d’hommes, les Romains avancèrent au milieu des cadavres, résolus à incendier le temple ; mais Titus s’y opposa : la destruction de ce monument incomparable lui paraissait un acte de sacrilège barbarie. Tout à coup, malgré les ordres de son chef, un légionnaire, hissé sur les épaules de ses camarades, lance un tison enflammé dans les appartements qui entouraient le sanctuaire. La flamme s’élance bientôt à travers le toit de cèdre, les Juifs poussent des cris affreux, Titus commande d’éteindre le feu ; mais les soldats n’obéissent plus. Ils amoncellent, à la porte principale, du soufre, du bitume, toutes les matières inflammables qu’ils peuvent trouver. Et pendant que le temple s’écroule, ils égorgent sans pitié les milliers de Juifs réfugiés dans les parvis.


Bientôt maître du mont Sion, où s’étaient réfugiés les derniers rebelles, Titus fit raser ce qui restait du temple et de la ville, sauf les trois tours d’Hérode, qui s’élevèrent isolées au milieu de ce désert, comme pour attester que là fut une ville qui s’appelait Jérusalem. « Il semblait,dit l’historien juif Josèphe, que ce sol n’eût jamais été habité. » La prophétie de Jésus était accomplie : « Tu ne seras plus qu’un désert, et de ton temple, il ne restera pas pierre sur pierre. »


Onze cent mille Juifs périrent pendant le siège. Cent mille prisonniers tombèrent entre les mains du vainqueur. La plupart furent vendus comme esclaves. Ils avaient vendu Jésus trente deniers : les Romains vendirent trente Juifs pour un denier. Titus choisit sept cents des plus jeunes et des plus vigoureux, parmi lesquels Jean et Simon, les deux chefs de la révolte, pour orner son cortège lors de son entrée triomphale à Rome. On les vit, dans ce cortège, porter sur un brancard les dépouilles de leur temple, la table des pains de proposition, lechandelier à sept branches, le livre de la Loi, que suivait la statue de la Victoire. Titus monta au Capitole, pendant que les bourreaux étranglaient Jean dans la prison Mamertine, et crucifiaient Simon après l’avoir flagellé.


L’empereur fit frapper une médaille commémorative de ce grand événement. Sur le revers, on voit une femme éplorée, en manteau de deuil, assise à l’ombre d’un palmier, la tête appuyée sur sa main : c’est la Judée captive, dit l’inscription, Judœa capta ; c’est la triste Jérusalem, désormaissans roi, sans prêtre, sans sacrifice, sans autel.
 

Tel fut l’épouvantable sort de la nation déicide. « Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants ! » criaient les Juifs de la Passion ; Dieu les entendit, et vengea le sang de son Fils. Depuis la scène du Calvaire, ils cherchaient, dans leur implacable haine, à exterminer l’Église, et Jésus, chef de l’Église, venait de les exterminer. Titus ne s’y trompa point : comme les villes d’Orient lui offraient des couronnes d’or, il les refusa : « Ce n’est pas moi qui ai vaincu, s’écria-t-il, je n’ai fait que prêter mon bras à Dieu, irrité contre les Juifs. »


Et afin que le monde entier, jusqu’à la fin des siècles, sache qui a vaincu les Juifs, Jésus conserve leur race et la force à errer au milieu des peuples, portant dans ses mains le fatal écriteau sur lequel chacun peut lire le crime et le châtiment des déicides :


« Après soixante-neuf semaines, le Christ sera mis à mort, et le peuple qui l’aura renié ne sera plus son peuple. Une nation avec son prince viendra détruire la ville et le sanctuaire, et ce sera la désolation, la désolation sans fin. L’abomination de la désolation sera dans le temple, les victimes manqueront, le sacrifice cessera, et la désolation durera jusqu’à la consommation des siècles. » (Livre du Prophète Daniel, ch. 9, 26). 


Les Juifs liront et colporteront cette prophétie de Daniel, et, plus aveugles et plus endurcis que ceux du Calvaire, ils continueront à blasphémer contre le Christ qui les a vaincus, jusqu’au jour où, par un miracle de la grâce, ils deviendront les instruments les plus actifs de son triomphe.


Père Augustin Berthe, Jésus-Christ, sa vie, sa passion, son triomphe, Paris, 1926, p. 475-485.


Le Père Augustin Berthe (religieux rédemptoriste, 1830-1907) est aussi l’auteur d’une vie de saint Alphonse de Ligori, et d’une biographie de Garcia Moreno (président de l’Équateur, assassiné en 1875 par la Franc-Maçonnerie). — Ami de Mgr Delassus, il lui écrivait le 15 avril 1899: « Malheur au monde si l’Amérique devient, comme on nous le prédit, la conquérante des peuples et l’institutrice des siècles à venir […]. Ce pays de tous les cultes et de toutes les libertés décomposera de plus en plus toutes les religions pour les fondre dans l’alliance universelle prêchée par Israël. » (Lettre citée dans Mgr Delassus, p.172-176).

 

 

source : Reconquista

Repost 0
Published by valentin.beziau-ump77.over-blog.com - dans Cathophobie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Valentin Beziau
  • Le blog de Valentin Beziau
  • : Le blog de Valentin Beziau, militant MPF - Mouvement Pour la France avec Philippe de Villiers
  • Contact

A propos de

Contre-Révolution, Catholicisme Traditionnel (lefébvrisme (FSSPX, mgr Williamson...), thèse de cassiciacum, sédévacantisme)

Monarchie Absolue et de Droit Divin, antirépublicanisme, antidémocratisme, Nationalisme Intégrale  

Villiérisme, légitimisme, maurrassisme, franquisme

anti-Lumières, anti-laïcisme, antimaçonnisme, antimodernisme, antiprotestantisme, antijudaïsme, anti-islamisation

Pro-Vie, anti-homosexualisme

anticommunisme, anti-libéralisme

euroscepticisme, antimondialisme, protectionnisme, anti-immigrationisme

pour la peine de mort

 

Recherche

Citations

"Ne croyez pas que je sois venus apporter la paix sur Terre. Je ne suis pas venus apporter la paix; mais l'épée." (Matthieu 10:34)

"et ceux que tu trouveras, contrains-les d'entrer, afin que ma maison soit remplie." (Luc 14:23)

"Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom" (Luc 21:16)

"On mettra la main sur vous, et l'on vous persécutera; on vous livrera aux synagogues; on vous jettera en prison, on vous mènera devant des rois et devant des gouverneurs, à cause de mon nom" (Luc 21:16)

"Dieu vomit les tièdes"

"Que toute personne soit soumise aux autorités supérieur; car il n'y a point d'autorité qui ne viennent de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C'est pourquoi qui s'oppose à l'autorité, résiste à l'ordre que Dieu  a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes" (Romains 13:1)

"Il n'y aura dans ton pays ni femme qui avorte, ni femme stérile, je remplirai le nombre de tes jours" (Exode 23:26)

"Si tu prêtes de l'argent à mon peuple, au pauvre qui est avec toi, tu ne seras point à son égard comme une créancier, tu n'exigeras de lui point d'intérêt" (Exode 22:25)


« Voter socialiste, c'est voter contre Dieu. Le programme socialiste fait frémir les enfants » (Monseigneur Lefebvre)

A propos de Pinochet « Dès qu'un homme se lève pour sauver son pays du communisme et qu'il rétablit l'ordre chrétien, on fait tout pour le discréditer. Il n'y a pas un pays où l'on puisse circuler aussi librement qu'au Chili. » (Monseigneur Lefebvre)

"Le mythe tant caressé de l'égalité ne serait pas autre chose, en fait, qu'un nivellement absolu de tous les hommes dans une commune misère et dans une commune médiocrité." (pape Léon XIII)

"Face à la colonisation islamique de la France, je crois que la laïcité est un bouclier en carton pâte, et j'irai même plus loin, je pense que la laïcité est le cheval de Troie de l'islamisation. C'est donc par l'affirmation de l'identité française, de la culture française, et du lien entre la France et son héritage chrétien, que nous pourrons répondre au défi de cette islamisation galopante." (Carl Lang)

"Beaucoup d'ennemis, beaucoup d'honneur" (Mussolini)

"Je ne compte pas demander pardon à qui que ce soit. Au contraire, ce sont aux autres de me demander pardon, les marxistes, les communistes" (Pinochet)

" On ne peut dialoguer ni avec les francs-maçons, ni avec les communistes, car on ne dialogue pas avec le diable ! " (Monseigneur Lefebvre)

" Votre innovation du PaCS, c’est tout simplement le retour à la barbarie. Vous vous inscrivez dans la suite de ceux qui, pour saper la société, ont commencé par saper la famille. La loi la mieux établie de notre vieille civilisation, vous vous apprêtez à la violenter ! Vous touchez là aux fondements de la société ! Mais un jour les victimes se lèveront et se tourneront vers vous en vous disant, une expression terrible : vous êtes le socialisme démolisseur ! " (Philippe de Villiers)

"Il n'y a pas de contraception d'urgence, cela n'existe pas." (...) vous substituez à un principe de précaution un principe de destruction en lançant une véritable guerre chimique contre l'enfant à naître" (Philippe de Villiers)

"On ne peut pas ignorer que le seul fait tangible repérable, permettant de déterminer le commencement de la vie humaine correspond à sa conception. Notre législation ne reconnaît pas l'avortement comme un droit des femmes." (Philippe de Villiers)

" La protection de la vie des sans-voix plutôt que l’eugénisme et l’avortement, la protection de la vie des malades plutôt que la seringue empoisonnée de l’euthanasie " (Philippe de Villiers)


"Tout le régime d'enseignement désigné sous le nom de laïcité représente un système complet d'embrigadement et de domestication des intelligences et des consciences populaires." (Charles Maurras)

« Prions aussi pour les Juifs perfides afin que Dieu Notre Seigneur enlève le voile qui couvre leurs cœurs et qu’eux aussi reconnaissent Jésus, le Christ, Notre-Seigneur » (Oremus et pro perfidis Judaeis, prière du Vendredi Saint)

« Les Maçons en sommeil pourraient se réveiller. En les éliminant, nous sommes sûrs qu’ils dormiront pour toujours » (Benito Mussolini)

Videos

Philippe de Villiers - campagne présidentielle 1995

Philippe de Villiers contre le "mariage" homosexuel

Philippe de Villiers à propos de Saint Louis, des Juifs et du Talmud

Philippe de Villiers contre le Pacs

Crèche de Noël / Vendée / Franc-Maçonnerie : Philippe Ploncard d'Assac félicite Philippe de Villiers

Faire un don Paypal au "blog de Valentin Beziau"